Dans le Faubourg Saint Antoine, quartier historique du meuble, Jean-Pierre BARBANCE expose ses dernières créations de meubles et de luminaire dans sa galerie. Rencontre avec un « touche-à-tout » de la création au parcours atypique… Fils de restaurateurs (Auvergnats de Paris…) il passe son enfance à dessiner, faire des maquettes de châteaux souvent inspirés de Versailles et à remodeler l’espace familial en déplaçant les meubles. Après des études à l’école Camondo, son diplôme d’architecte d’intérieur en poche, il part à la rencontre d’une profession… Plutôt que d’entrer dans une agence de déco, il préfère le « Free-Lance » qui permet selon lui de multiplier des expériences diverses. Ainsi rencontre-t-il deux architectes, profession amie-ennemie de la sienne mais avec laquelle il apprend une autre façon de travailler et de voir l’espace… Ils travailleront ensemble sur la restauration et l’aménagement de l’hôtel de Crillon place de la concorde à Paris. Ensuite ce sont quelques temps chez Jean-Michel WILMOTTE. C’est l’expérience d’une grande agence, il y fait beaucoup de recherches avec croquis, sur la modénature pour le QATAR mais aussi des travaux sur le palais de l’Elysée de François MITTERAND et autres chantiers et études de l’agence… Après WILMOTTE, c’est l’agence CANAL à Bastille DEJA, avec PATRICK ET DANIEL RUBIN et une participation à l’élaboration de la maison des écrivains et centre Nationales lettres. Pour ce chantier, il dessine une chaise « hommage à Starck » avec Patrick RUBIN qui fut son professeur à Camondo. Puis c’est l’expérience « Philippe STARCK » désigner admiré par cette génération. Il travaille, chez lui, à Montfort l’Amaury sur le mobilier crée pour les trois suisses ainsi qu’un stand pour le VIA à Tokyo. En parallèle, il dessine une lampe, Label CNAP 85, ainsi qu’une chaise qui sera retenue par le via. Malgré l’intérêt exprimé par Philippe STARK qui « acceptait de le former »…, Jean Pierre BARBANCE choisit l’association avec Jean FOUIN, un des deux architectes de ses débuts en fondant l’agence TEMENOS. TEMENOS travaillera pour chargeurs réunis et en particulier sur une nouvelle agence pour croisières paquet ainsi que les nouvelles façades du groupe sur le boulevard Maleshesbes. Sa passion de Versailles et du XVIIème siècle l’aidera dans l’élaboration d’un projet un peu fou : un palais classique dans une architecture moderne pour Omar Bongo à Francheville au Gabon. Une autre passion, le style Art déco et particulièrement Jacques-Emile RUHLMANN lui servent d’inspiration pour aménager à Paris, un hôtel particulier pour un prince du QATAR. Après ce long chantier ; un premier bond hors de Paris et c’est la découverte du perche où il ouvre une boutique-agence. Pendant cette période, il décorera plusieurs maisons de la région et travaillera avec Jean FOUIN sur la nouvelle image de Jean-Louis DAVID. Un second bond, plus loin, sur la côte d’azur où il réalisera plusieurs chantiers d’appartements à Cannes, Nice et Monaco, dans le sud, il découvre la couleur et la patine. Avec trois amis, ils ouvrent une grande boutique-appartement, près du théâtre de Nice : c’est l’heure d’expériences nouvelles loin du design pur et dur « à la Parisienne ». A eux quatre, ils chinent des meubles anciens qu’ils « revisitent » et modernisent avec patines et ajouts de matières. Jean-Pierre affectionne les petites lampes des années 30/50 qu’il s’amuse à « relooker » avec de nouveaux abat-jour. Le groupe participera à plusieurs manifestations dans le sud comme cette expo de meubles, luminaires, créations textiles avec Claude FOSSE et Christophe DELCOURT ou cette monumentale, galerie des tissus que Jean Pierre conçoit pour le salon du meuble et que Nice matin perçoit comme une galerie de palais princier. Puis, il accompagne un architecte niçois célèbre qu’il aide dans l’étude de réaménagement de son château XVIIème près de Nérac. Cette région de sud-ouest lui donnera la nostalgie du perche… Il revient à Paris, riche des apports du sud, plus « touche-à-tout » que jamais et mélangeant les influences du sud et du nord, il ouvre la galerie à Bastille. Dans les dernières années niçoises ainsi qu’après à Paris, il exposera plusieurs fois, à scènes d’intérieurs dans le cadre du salon maisons et objets de villepinte. C’est la découverte du monde de la diffusion c’est aussi l’occasion d’une ouverture hors des frontières avec des clients comme William YEOWARD à Londres qui affectionne son applique ondulations, « domicil möbel » et son réseau de boutiques en Allemagne, Neumayer and partner à Munich. A Paris, ses créations seront diffusées par avant-scène, étamine, cohérence, vies privées… D’autres boutiques Européennes diffuseront, à cette époque, ses créations. C’est l’occasion également, d’équiper en luminaires et miroirs de son cru une villa témoin à DUBAI. Actuellement, après l’applique « ondulations » son « Best-seller », c’est « le masque » et sa sœur ; l’applique « Venise » ; lampe composée d’ampoule à filaments enfermée dans la toile métal, diffusant une lumière douce et chaleureuse qui rappelle les bougies. Autre succès, la table et ses bancs « Scala », réinvention de la table d’hôte à la ligne sobre et élégante. Versailles ; l’époque classique et son sens de la mesure, l'art déco et son écho contemporain : Christian LIAIGRE et Andrée PUTTMAN ; l’époque moderne avec Philippe STARCK ; toutes ces influences souvent opposées, l’incitent à vouloir mélanger harmonieusement les styles : intégrer le contemporain et l'ancien au lieu de les opposer. Pour lui, l’apport moderne doit être pur et graphique : pour cela il utilise l’acier pour le rythme et l’énergie du métal ; le chêne pour la matière chaleureuse et sensible du bois. Cette volonté de pureté et de graphisme ce sens du trait, expliquent l’intérêt du cinéma et de la publicité pour ses créations, souvent louées pour des tournages. Modernisme tempéré, matériaux naturels couleurs douces et enveloppantes sont les secrets des ambiances apaisantes crées par Jean-Pierre BARBANCE, designer d’intérieurs.